JPMorgan : la montée de l’or est un signe de méfiance envers les banques centrales qui font tourner la planche à billets

Comme l’a indiqué JPMorgan dans son rapport Weekly Asset View (rédigé par John Normand), nous traversons une période de déficits budgétaires records, conséquences de niveaux d’endettement élevés, ce qui soulève des préoccupations à long terme concernant le risque souverain en Europe, l’inflation et l’irresponsabilité financière ailleurs.« 

Graphique 9 : Des déficits records sont à prévoir dans de nombreux marchés développés et émergents alors que les niveaux d’endettement souverain sont déjà élevés dans beaucoup d’entre eux.

Ratio dette publique / PIB à la fin de 2019 par rapport aux prévisions de JPM pour 2020 : ratio déficit budgétaire / PIB

Telle que la banque le décrit de manière inquiétante, ces préoccupations de fond peuvent expliquer en partie pourquoi l’or, « qui est l’actif de réserve mondial », a atteint, ou approche des sommets historiques par rapport à l’euro, au yen, à la livre sterling, au franc suisse et au dollar (9 % d’un sommet historique) alors même que le dollar pondéré en fonction des échanges progresse.

Graphique 12 : L’or a atteint ou est sur le point d’atteindre des sommets historiques par rapport à tous les actifs de réserve, y compris le dollar, même si le dollar pondéré en fonction des échanges s’apprécie

Prix de l’or vs USD, EUR, CHF, JPY et GBP indexé à 100 en 1970

JPM adopte une approche mesurée pour déterminer ce que ce mouvement de l’or signifie pour le dollar. La banque précise que « cela ne ressemble en rien à la crise du dollar qui est annoncée quasiment chaque année en réponse à la politique extrêmement laxiste de la Fed ou à l’augmentation des déficits jumeaux (fiscaux et courants) », expliquant qu’un tel « scénario entraînerait plutôt une dépréciation très volatile du dollar par rapport à toutes les monnaies de réserve en raison de la fuite des capitaux ». La conclusion de la banque est néanmoins inquiétante pour sa brutale franchise :

… prenez plutôt ce mouvement de l’or comme un signe de méfiance envers la monnaie imprimée par la plupart des banques centrales, une tendance qui se poursuivra probablement jusqu’à ce qu’une croissance suffisante revienne pour mettre la politique budgétaire sur une voie plus efficace.

Et si une croissance suffisante ne permettait pas de remettre la politique budgétaire sur une voie plus efficace ? Et si, au lieu de cela, le monde entier se transformait en Chine, où la croissance économique provient uniquement de l’inondation de l’économie par la dette, provoquant un malinvestissement massif et une avalanche de défauts ?

Graphique 1 : « Forte augmentation de la dette de la Chine »

Malheureusement, le monde a franchi le Rubicon. L’utilité marginale de la dette s’effondre et il faut un effet de levier exponentiellement plus important pour générer le moindre gain de croissance.

Source : zerohedge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *