Après une année en or pour les métaux précieux, l’argent devrait briller en 2021

Après une année spectaculaire, les métaux précieux devraient continuer à progresser en 2021, l’argent en tête.

La pandémie a entraîné la constitution de réserves par les investisseurs qui cherchent à protéger leur patrimoine. Cela, ajouté aux déficits de l’offre, a fait grimper les prix de l’or et du palladium de plus de 20 % cette année, tandis que l’argent a augmenté de 47 % et le platine de 10 %. « Nous allons connaître de nouveaux records pour l’or et le palladium (en 2021) », a déclaré Philip Newman, du cabinet de conseil Metals Focus.

« Mais c’est l’argent qui va rapporter le plus », a-t-il précisé.

Traditionnellement considéré comme une valeur refuge, l’or a commencé à augmenter avec le ralentissement de la croissance économique en 2019, mais la pandémie a accéléré la reprise et en août, les prix ont atteint un niveau record de 2 072,50$.

Alors que les confinements imposés pour lutter contre le COVID-19 ont fortement impacté la demande d’or physique, la demande d’investissement a explosé, comme en témoigne le plus gros ETF adossé à l’or, le SPDR Gold Trust, qui a enregistré sa plus forte hausse annuelle depuis 2009, à environ 30 %.

Les prix ont ensuite chuté à environ 1 900 $, les investisseurs ayant cessé d’acheter et des vaccins ayant été développés contre le virus, ce qui a encouragé les investissements dans des actifs qui se comportent bien en période de croissance économique.

L’énorme dette publique, les rendements réels négatifs des obligations et les menaces d’inflation et de turbulences des marchés, qui soutiennent tous l’or, persisteront en 2021, a déclaré Ross Norman, un analyste indépendant. L’or pourrait encore augmenter de 20% l’année prochaine, a-t-il dit.

L’argent, une valeur refuge comme l’or, mais aussi un métal industriel utilisé dans des produits tels que les panneaux solaires, est passé de 18$ l’once en janvier à près de 30$ en août avant de glisser à environ 25$.

Les analystes affirment que son double rôle et sa plus grande volatilité impliquent qu’il pourrait mieux s’en tirer que l’or lorsque la croissance économique reprendra. De plus, la volonté du président américain élu Joe Biden, de se diriger vers une énergie propre, devrait augmenter son utilisation.

Source : Financial Post 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *